Tests salivaires : où en est-on ?

lundi 29 mars 2021
par  SNUipp 44
popularité : 3%

Tests salivaires : où en est-on ?

Il s’en est fallu de peu ces dernières semaines pour voir les enseignant·es se transformer en testeurs COVID ! Le SNUipp-FSU est rapidement intervenu pour l’éviter. Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres, la communication ministérielle prime sur l’intérêt de la mesure ou les réalités du terrain. Qu’en est-il dans notre département ? Un CHSCT exceptionnel s’est tenu mardi 23 mars autour de cette question.

Quelques informations

Deux campagnes sont en cours : tests anti-géniques (prélèvement nasal) dans les collèges et lycées réalisés par les infirmières scolaires et tests salivaires PCR dans les écoles réalisés par les médiateurs ARS.
Cinq équipes de médiateurs et médiatrices prennent actuellement en charge les tests sur le département. Chaque équipe peut réaliser environ 300 tests par jour.
Les 10 et 11 mars, 5 écoles nantaises ont participé à ces tests. Les 14 et 15 mars, c’était dans le secteur de Châteaubriant. Ce sera ensuite le tour de Blain-Saint-Nazaire et enfin le Pays de Retz. Les écoles sont désignées par l’ARS en fonction des taux d’incidence.
Le résultat du test est envoyé aux parents d’élèves ; si le test est positif, le résultat est communiqué à l’ARS. Les écoles recevront un résultat anonymé. Les tests salivaires permettent d’identifier les variants.
Au niveau national, 170 000 tests ont été réalisés la semaine du 15 mars, bien loin des 300 000 annoncés !

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Les enseignant·es ne sont pas finalement sollicité·es pour faire passer les tests. Cette mission revient aux médiateurs et médiatrices de l’ARS. L’Éducation Nationale devrait ensuite recruter ses propres médiateurs et médiatrices et faire appel aux laboratoires par le biais de conventions. Des personnels de la protection civile (bénévoles) et des infirmières pourront également être sollicités.

Les enseignant·es sont chargé·es de récupérer pour leur classe les autorisations parentales avec photocopie de la carte de Sécurité Sociale. Dans les faits, cette tâche revient bien souvent aux directeurs et directrices... Pour le moment, le taux d’acceptation des familles oscille entre 80 et 90%.

Il revient (encore une fois) aux directeurs et directrices ou aux municipalités de mettre à disposition une salle. Cet espace doit aussi être nettoyé à l’issue de la séance de tests.

Des interrogations...

Encore une fois, les directeurs et directrices voient leurs missions s’alourdir ; pas de temps dégagé pour gérer ces tests ! Mettre à disposition une salle, se concerter avec la municipalité pour le nettoyage, accueillir les équipes des testeurs, organiser les passages... ! Le DASEN affirme que ce n’est pas une charge supplémentaire pour les enseignant·es mais comment fait-on concrètement pour gérer sa classe et accompagner chaque élève à son test... et accessoirement assurer ses missions d’enseignement ?

Le SNUipp-FSU demande de revenir à la règle de fermeture d’une classe dès qu’un cas est détecté, et demande aussi les tests gratuits pour les enseignant·es et une vaccination rapide des personnels.


Annonces

ADHÉSIONS - SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko

Espace CHSCT-D 44


ESPACE Néo
(PES, T1, T2, T3, T4,...)


FACEBOOK SNUipp-FSU44