Formation Continue : Compte rendu du CDFC 23 mars 2021

mardi 23 mars 2021
par  SNUipp 44
popularité : 1%

Compte rendu du CDFC du mardi 23 mars 2021

Contexte
Cette réunion s’est tenue en distanciel. M. Carrière assume dès le départ prendre des décisions peu favorables à la formation continue. L’objectif affiché est de ne pas fermer des écoles. Conséquences : annulation de formations, formations statutaires reportées pour la plupart. Il continuera de prendre des décisions dans ce sens tant que la situation sanitaire l’imposera.

Bilan intermédiaire du PDF 2020-2021
Les chiffres sont parlants :
2018-2019 : 6209 journées de TR mobilisées pour la formation
2020-2021 : 1498
Par exemple pour la formation liaison école-collège : 4 sur 26 réalisées ; 14 annulées ; 8 reportées.
M. Carrière a choisi de privilégier les formations de directeurs et directrices au détriment des liaisons école-collège et des formations en constellations.
Le retard ne sera pas rattrapé d’ici la fin de l’année.

Contractuel-les
37 contractuel-les ont été recruté-es jusqu’aux vacances de février 2021.
11 contrats sont renouvelés jusqu’au 28 mai 2021.
Le recrutement est compliqué du fait de la proximité du concours mais aussi de la précarité des conditions de travail.

Ces contractuel-les ont bénéficié d’une formation à distance de 6h. Ils et elles ont aussi la possibilité d’un entretien téléphonique si besoin après la classe sur les difficultés de terrain. Il est déplorable de constater que l’accompagnement se fasse majoritairement hors temps scolaire. Pour le SNUipp-FSU cela reste insuffisant.
Nous rappelons ici notre soutien à tous les personnels, contractuel-les ou non, et nous réaffirmons la nécessité de recruter des enseignant-es titulaires et conséquemment formé-es.

Constellations
Une conseillère pédagogique a fait une remarque qui nous a interpellées. Il semblerait que les collègues à qui on a imposé une formation en constellation en septembre, n’aient pas totalement adhéré et que les formateurs ont dû « ramer » pour les impliquer dans le dispositif ! Étonnant non ?
M. Carrière cautionne ouvertement les « gentilles pressions » des IEN faites aux collègues qui seraient réticent-es à participer à ces formations. Il rappelle que 64 enseignant-es par circonscription devront être formé-es selon ces modalités l’an prochain et que tou-tes les collègues ont vocation à être formé-es de cette manière.
Les 3 critères retenus « de préférence » pour la constitution des groupes de constellation : par cycle, 2 ou 3 écoles maximum, 8 PE.
L’organisation est revue aussi à la baisse avec 5 regroupements au lieu de 6, 2 co-observations au lieu de 3 et une visite individuelle positionnée en fin de parcours plutôt qu’à mi-parcours. Le travail personnel n’est pris en compte qu’à hauteur de 3 heures, alors que l’on sait que c’est très largement sous estimé. Les collègues témoignent d’une charge de travail supplémentaire conséquente (liée aussi au fait du distanciel).
Le centrage sur les fondamentaux est de nouveau affirmé.
On peut s’interroger sur la charge de plus en plus lourde qui incombe aux CPC qui devront suivre chacun 4 groupes de constellations (en français ou en mathématiques), soit 32 collègues, en plus de leurs missions habituelles.

Formation 18h
La possibilité d’accéder à un choix dans ces 18h est réservé aux collègues qui ne seront pas dans le dispositif constellation. L’Inspection Académique se targue d’une offre plus riche que pour les SCI !Dans la réalité, la formation n’existe plus que dans le cadre des 18h. Cette offre est un leurre puisque ce sont les CPC (encore eux et elles !) qui auront à mener ces formations. La formation à distance ou en hybride est privilégiée. On connaît l’impact limité de cette organisation, qui ne permet pas l’échange et ne permet pas de se projeter sur une évolution des pratiques professionnelles.
Le climat scolaire est une des préoccupations affichées par l’Inspection Académique. Un module de 12h est insuffisant pour répondre aux problématiques du climat scolaire, fortement dégradé ces derniers mois, tant pour les élèves que pour les enseignant-es.

Formation initiale
Cette année, plus de PES se retrouvent en difficulté et demandent de l’aide (notamment à travers le dispositif GAP -Groupe d’aménagement des parcours). Nous apprenons également qu’il y a eu plus de démissions cette année (en M1, M2, PES). Nous voyons donc bien les limites de la formation à distance qui ne permet pas les échanges propices à la construction professionnelle.

Conclusion
Toute la formation est hors temps scolaire ! Terminés les stages à candidature individuelle, ils ne seront proposés qu’à des collègues qui ne sont pas en charge de classe : une sérieuse économie sur le remplacement !
Oublié le choix de formation sur temps de classe !

Cette formation continue augure de changements en profondeur orchestrés par JM Blanquer : l’individualisation des parcours des collègues, l’isolement de ces dernièr-es, le management des équipes par les directrices et directeurs d’école, l’uniformisation des pratiques et la centration sur les résultats. Ces attaques contre les personnels sont inadmissibles.

Pour le SNUipp il est urgent de se réapproprier et investir une formation qui réponde réellement aux besoins du terrain. La formation continue doit être au service d’un projet de transformation de l’école qui remet les apprentissages, élèves et les enseignant-es au centre et qui s’appuie sur l’expertise des enseignant-es !


Annonces

ADHÉSIONS - SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko

Espace CHSCT-D 44


ESPACE Néo
(PES, T1, T2, T3, T4,...)


FACEBOOK SNUipp-FSU44