Communiqué de Presse | Tests salivaires : précipitation, impréparation et travail supplémentaire inacceptables

mercredi 17 mars 2021
par  SNUipp 44
popularité : 1%

Communiqué de Presse du SNUipp-FSU44

PDF - 140.6 ko
Communiqué de Presse SNUipp-FSU44

Depuis une semaine, des écoles du département sont désignées par l’ARS pour pratiquer des tests salivaires chez les élèves.

Sur les boites mails des écoles, les enseignants et enseignantes en charge de direction reçoivent un protocole pour la mise en place des tests salivaires. Si le SNUipp-FSU44 n’est pas opposé à ce que les élèves et PE volontaires soient testé·es, il s’oppose à son fonctionnement qui en amont nécessite une charge de travail considérable pour les équipes qui sont déjà trop souvent à bout de force et à l’impréparation qui accompagne l’ensemble des décisions ministérielles.
Car malgré ce que nous a affirmé ce matin le DASEN lors de la négociation préalable, non, il n’y a pas rien à faire pour que tout soit prêt avant l’intervention des équipes de soignant·es pour les prélèvements salivaires.

Il nous appartient, en effet de : (document qui nous est parvenu d’une circonscription)
- Collecter les documents (réponses positives et renseignements)
- Vérifier le numéro de sécurité sociale, dans la mesure du possible. (Si les parents ont fourni par exemple une photocopie de la carte vitale, il est possible de leur demander cette photocopie)
- Scanner et transmettre ces fiches à la DSDEN en utilisant filesender.
- Prévoir un espace d’attente et une salle de prélèvements avec au moins trois tables et une huitaine de chaises.
- Organiser les déplacements des élèves ceux et celles-ci devant toujours être accompagné·es d’un adulte.

Ce déploiement organisé au dernier moment, en ignorant la réalité des écoles, des personnels, des élèves repose une nouvelle fois sur les épaules des personnels de terrain (administratifs, enseignant·es,...).
Les premiers retours notent cette impréparation et cette précipitation :
- Écoles et municipalités prévenues trop tardivement (après les laboratoires)
- Informations précises aux élèves et aux familles n’a pu être assurées par manque de temps et de précisions des documents.
- Difficultés pour les plus jeunes enfants (lorsque le crachat n’est pas réussi, les agent·es de santé prélèvent avec une pipette dans la bouche).
- Problème de diffusion dela procédure d’obtentions résultats pas anticipé par les laboratoires

Nous notons que des moyens de remplacement ont été attribués ponctuellement pour l’organisation matérielles et administratives.

Ainsi, le SNUipp-FSU44 demande aux équipes d’informer leurs IEN si elles ne sont pas en capacité d’organiser les prélèvements salivaires et de demander une aide matérielle et humaine pour effectuer ces tâches supplémentaires.

Pour le SNUipp-FSU44, la mise en place de ces tests salivaires dans les écoles doit être mise en débat. Par ailleurs,
Nous ne sommes ni secrétaire médical·e, ni soignant·e, ni bouche-trous.