REVALORISATION : POUR UN TIERS DES COLLEGUES

lundi 30 novembre 2020
par  SNUipp 44
popularité : 7%

Les représentant·es du personnel ont eu une réunion avec JM Blanquer hier sur les mesures de revalorisation 2021. La communication ministérielle est partie sur les boites pro avant même la fin de cette réunion, marquant encore une fois, une forme de mépris pour les représentant·s du personnel. Voilà ce que le gouvernement entend par "dialogue social".

Cette réunion a acté une revalorisation sous forme de prime dégressive jusqu’à l’échelon 7, mais sans différencier les corps comme envisager au départ.

Les enseignant·es et les psychologues percevront une prime d’équipement informatique de 150€ en janvier 2021.
Pour le SNUipp-FSU, qui porte cette revendication depuis de nombreuses années, l’allocation doit être bien plus conséquente : 500 € par an, afin de couvrir l’ensemble des engagements matériels liés à l’activité d’enseignement.
Il exige son versement à tous les personnels des écoles, la notion d’enseignant·es devant élèves risquant de donner lieu à de nombreuses restrictions dans l’attribution de cette prime. Pour les AESH, au vu de la faiblesse de leurs revenus, la FSU a demandé de privilégier une dotation matérielle.

Une prime d’attractivité sera versée en mai 2021 mais seulement jusqu’à l’échelon 7 inclus. Elle sera identique à tous les corps et représentera 100€ net par mois pour l’échelon 2 mais seulement 35€ aux échelons 6 et 7.
Concrètement un professeur sur trois (31%) en bénéficiera.

La FSU est intervenue pour :

- dire qu’elle continuait à porter la revalorisation de tous les personnels, enseignants et non enseignants

- soulever un problème : l’ absence de certitude sur la loi de programmation. Revaloriser d’abord les débuts et milieux de carrière s’entend si c’est bien une "première marche" et qu’il y a de la visibilité, une garantie est nécessaire. Elle n’est pas apportée par le ministre. Dans le courrier adressé aux enseignant·es, il n’en est même plus question.

- le problème des "contreparties" en échange de la valorisation n’est toujours pas clarifié pour la suite, quel est l’objectif des ateliers du Grenelle ?

- méthode essentiellement sous forme de primes et indemnités : nous contestons cela, il aurait été possible, y compris en l’absence de mesures fonction publique (ce que la FSU déplore), de faire des mesures du type "début à l’échelon 4" pour tous.

- quelle transposition aux non titulaires ? Le ministre a dit qu’il faudrait transposer en nombre de points dans les échelles de rémunération.

- élément positif en termes de méthode sur l’augmentation du taux pour le passage à la hors classe mais trop limitée, le passage de 17% à 18% est très faible, soit 1700 promotions supplémentaires

- demande réitérée de passage pour toutes et tous à la classe exceptionnelle refusé

- exclusion des CPE de la prime d’équipement, alors qu’ils et elles travaillent souvent avec leur propre matériel aussi, ....
Question posée des RASED et des professeurs documentalistes, le ministre a dit que les rased seraient bien concernés par la prime d’équipement, pas de réponse sur les profs docs et JM Blanquer a dit être ouvert à "ne pas laisser durablement les CPE sur le bord du chemin", un travail serait fait "avec les collectivités territoriales" (ce qui peut signifier un équipement en PC pour les CPE et profs docs pour justifier de ne pas leur faire bénéficier de la prime d’équipement).
AESH : selon nous, il aurait été bien de réfléchir à une dotation.

La FSU est loin d’être satisfaite par cette revalorisation sous forme de primes qui n’est bien sûr pas comparable avec une revalorisation de l’indiciaire et qui ne concerne de plus, qu’un tiers de nos collègues. Non monsieur Blanquer, le compte n’y est pas


Annonces

Accès CHSCT-D 44


ESPACE ECOLE CARTE SCOLAIRE


Facebook & Twitter



SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko