Contaminations élèves : Les chiffres de Blanquer mensongers !!!

mercredi 11 novembre 2020
par  SNUipp 44
popularité : 1%


Inquiète depuis le mois de septembre sur l’évolution de la pandémie dans les établissements, la FSU44 est intervenue de nombreuses fois auprès de la DSDEN pour obtenir les nombres précis de contaminations et de cas contact afin que chaque personnel en soit informé (voir compte rendu des audiences et instances). Ces nombres présentés par la cellule Covid de la DSDEN, nous semblaient éloignés des retours que nous avions de nos collègues sur le terrain.

Suite à la lecture d’un article de Cédric Mathiot dans le CheckNews de Libération, il nous semblait important de reprendre les éléments de l’enquête de ce journaliste sans dénaturer, ni piller le travail de celui-ci que vous trouverez dans son intégralité ici : https://www.liberation.fr/checknews/2020/11/09/covid-19-les-chiffres-de-jean-michel-blanquer-sur-les-contaminations-des-eleves-sont-ils-mensongers_1804826

Cédric Mathiot résume son article ainsi : "Le ministère de l’Education a évoqué vendredi 3 528 élèves atteints par le Covid-19, et suggéré une stabilité des chiffres depuis mi-septembre. Mais ces données sont très partielles, et ne traduisent pas du tout la dynamique de l’épidémie chez les jeunes."

CheckNews a publié cet article sur le décalage considérable entre les chiffres de contaminations des élèves communiqués par le ministère de l’Education, et le nombre réel de jeunes testés, d’après les remontées des laboratoires.
"L’écart est colossal, révélant une sous-estimation massive par le ministère du nombre d’élèves contaminés. Là où Jean-Michel Blanquer évoquait 3 528 cas d’élèves positifs en France sur la semaine de la rentrée, les remontées des labos font état, selon la manière de calculer, de 7 à 12 fois plus de cas positifs chez les jeunes de 0 à 19 ans sur sept jours.
Interrogé par les journalistes sur le décalage, le cabinet de Jean-Michel Blanquer met en avant le fait que « les données sont basées sur les déclarations des familles. »

Alors que les enseignant·es réclament un renforcement du protocole sanitaire en milieu scolaire, cette désinformation s’est aussi faite au niveau des académies. Le 6 novembre, la plupart d’entre elles ont communiqué dans leur région des chiffres, systématiquement rassurants, sur le nombre d’élèves contaminés. Ces données ont été largement diffusées dans la presse quotidienne régionale. Mais elles sont donc massivement sous-estimées.

A noter que les données de Santé publique France sur les contaminations sont disponibles par tranche d’âge. Pour les jeunes, nous avons les renseignements sur deux classes d’âge : de 0 à 9 ans et de 10 à 19 ans. Or, les jeunes de 0 à 19 ans testés positifs ne sont pas tous des élèves. Notamment les adolescents ou jeunes adultes qui ont fini le lycée, ou l’ont quitté précocement. De son côté, les rectorats comptent les élèves positifs (de la maternelle au lycée). Ce biais (qu’il est impossible de résoudre) peut être une raison (partielle) des écarts constatés entre les deux sources. Mais ne suffit évidemment pas à les expliquer, tant ils sont considérables."

Le journaliste explique la méthode de calcul dans son article.

Qu’en est-il en Pays de la Loire ?

"En région Pays de la Loire, le Rectorat a annoncé les chiffres suivants : 132 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre

Or, dans la région, selon Santé publique France, 262 enfants de 0 à 9 ans et 1 601 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1er novembre, ont reçu dans les jours suivants un résultat positif. Soit un total de 1 863. Presque 14 fois plus que les chiffres du rectorat."

Informations du rectorat de Nantes (quand il ose en donner) : https://www.my-angers.info/11/06/point-de-situation-sur-les-ecoles-en-maine-et-loire-aucune-classe-fermee/92860

Données Santé Publique France

PNG - 133 ko
Evolution contaminations 10-19ans SPF
PNG - 129.9 ko
Evolution contamination 0-9ans SPF

Cet écart se retrouve dans chaque académie avec une différence allant de 4 à 25 fois plus !

Il est plus qu’urgent que le ministère prenne l’ampleur de la pandémie en milieu scolaire en prenant des mesures fortes que la FSU réclame depuis le mois de juin dernier afin d’éviter la fermeture des écoles, des collèges et des lycées. Mensonge, incompétence, mépris STOP !


Annonces

Accès CHSCT-D 44


ESPACE ECOLE CARTE SCOLAIRE


Facebook & Twitter



SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko