La formation initiale : la place du concours : Intervention de Rachel Jacquier pour la SD 44

lundi 16 décembre 2019
par  SNUipp 44
popularité : 2%

La section départementale de Loire-Atlantique a voté pour la troisième fois lors de trois congrès consécutifs la même architecture de formation des entrantes et des entrants dans le métier. Nous portons la volonté d’une formation initiale allant de la licence à la deuxième année de titulaire de la fonction publique plaçant le concours sous condition de licence.

Nous faisons toutes et tous les mêmes constats d’une baisse de l’attractivité du métier et d’une crise de recrutement qui s’installe. Dans le même temps, un nombre de moins en moins important de jeunes issu·es des classes populaires s’engage dans des études pour devenir enseignante ou enseignant. En effet, les jeunes professeur.es proviennent en majorité des classes supérieures et des fractions supérieures des classes moyennes (61% contre 34% pour les ancien.nes instituteur.rices) quand les enfants d’ouvrier.es ou d’employé.es ne représentent que 23% des enseignant.es (contre 40% dans leur classe d’âge).

A l’entrée en licence, les enfants des ouvrières et ouvriers représentent 13% des étudiant.es, en master leur proportion baisse encore de 5 points pour arriver à 8% alors qu’ils représentent 30% de leur classe d’âge.

Pourtant, nous pensons que la démocratisation de l’accès au métier et un enjeu social et politique pour la réussite de toutes et tous les élèves.

En effet, notre système scolaire est l’un des plus inégalitaire de l’OCDE. Et ce sont les élèves des classes populaires, les plus éloignés culturellement, sociologiquement de leurs enseignant.es, qui payent le prix fort des malentendus école/famille engendrés par cette distance.

Les professeurs issu·es des classes populaires ayant vécu·es ce décalage sont les plus à même de rendre explicite celui-ci et d’en repérer les écueils.

Ce ne sont pas les annonces d’hier d’Edouard Philippe qui permettront, vous en conviendrez, de rendre nos métiers plus attractifs. Quel.le jeune, issu·e des classes sociales favorisées, choisira de devenir enseignante ou enseignant alors que les métiers à niveau de recrutement équivalent permettront non seulement de vivre toute sa carrière avec un niveau de rémunération plus élevé mais aussi maintenant d’avoir une pension de retraite bien plus élevée ?
Ainsi le vivier va continuer de se vider et le gouvernement continuera à en profiter pour baisser le nombre de places au concours. De plus, les études montrent que le nombre de femmes diminue à mesure que le niveau d’études augmente alors qu’elles réussissent mieux à l’école. Poursuivre le recul du niveau de recrutement pénalisera donc majoritairement les femmes.

Pour augmenter la démocratisation d’accès au métier et pour rendre notre métier plus attractif la section départementale du 44 maintiendra au vote son amendement sur l’architecture de la formation. Cette architecture comprend bien un recrutement sous condition de licence et une qualification de niveau master pour toutes les enseignantes et tous les enseignants, de la maternelle au lycée.

Rachel Jacquier


Annonces

Accès CHSCT-D 44


ESPACE ECOLE CARTE SCOLAIRE


Facebook & Twitter



SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko