AUDIENCE DU SNUIPP-FSU 44 AVEC L’INSPECTEUR D’ACADÉMIE

dimanche 14 octobre 2018
par  SNUipp 44
popularité : 1%

Le SNUIPP-FSU a été reçu par l’Inspecteur d’Académie en audience le jeudi 11 octobre.

1- Gestion des services des enseignant·es remplaçant·es
Cette question sera abordée lors d’une audience intersyndicale fixée au 6 novembre. L’IA nous informe qu’un fichier excel de calcul des heures est en préparation pour les remplaçants et les collègues en poste sur des compléments de service qui ont du sur-service.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- C’est justement cette question du "sur-service" qui pose problème et qui sera abordée le 6/11 par l’intersyndicale.
- Pour nous aucun·e professeur·e des écoles ne peut "être d’astreinte" et ce quelque soit son type de poste.

2- Évaluations nationales en CP et CE1

L’IA-DASEN est très satisfait de la façon dont se déroulent les évaluations nationales pour les CP/CE1 mais regrette, comme nous, les nombreux dysfonctionnement du serveur (et nous indique que malgré les dysfonctionnements du serveur,) qui "heureusement" n’ont pas empêché un très grand nombre de collègues de (ont réussi à) saisir les résultats.
Face à ce déni de réalité, le SNUIPP-FSU 44 martèle que ces évaluations sont consternantes aussi bien sur le fond que sur la forme et qu’elles ont géréré beaucoup de stress chez les élèves et les collègues. Le SNUIPP-FSU insiste sur le fait que beaucoup d’exercices insécurisent et mettent en échec les élèves malgré les recommandations des consignes "n’ayez pas peur..." Nous soulignons également qu’aucun·e enseignant·e n’a eu connaissance de la véritable finalité de ces tests et que nous craignons qu’ils soit un outil pour classer et mettre en concurrence les écoles et les enseignant·es. L’IA nous explique, en vain, que ces évaluations ont pour but de faire remonter la France dans le classement PISA et ne seraient qu’un outil de pilotage pour les circonscriptions. Nous dénonçons le fait que, suite aux adaptation indispensables des consignes par les enseignant.es, la valeur scientifique de ces évaluations est considérablement altérée.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU

- les activités sont inadaptées du point de vue de leur contenu et de leurs conditions de passation.
- les conditions de passations ont généré du stress mettant à mal la bienveillance affichée et souhaitable !
- les dernières enquêtes internationales montrent que les élèves français sont plus faibles du point de vue de la compréhension : ces évaluations ne répondent pas à l’amélioration de cet enjeu.
- Il n’est pas acceptable que les enseignant·es soient dépossédé·es des corrections et que l’intégralité du travail des élèves soit conservé informatiquement, sur une plateforme privée, 5 ans après la sortie de l’élève du système scolaire.

3- Visites des IEN dans les classes de CP et CE1 et liberté pédagogique.

Une dizaine de collègues enseignant en CP et/ou CE1, nous a alerté concernant une visite de leur IEN pour faire le point sur leur méthode et outils en français et mathématiques. Cette visite se ferait en dehors des rendez-vous de carrière. Le SNUIPP-FSU demande à l’Inspecteur d’Académie de quoi il s’agit.
Celui-ci répond qu’il s’agit d’une prescription départementale en lien avec le travail de l’IEN A qui mène un groupe de pilotage des classes 100 % de réussite.
L’IA souhaite un pilotage par les IEN, pour tous les CP et CE1, qui soit très proche de ce qui se fait en éducation prioritaire. Il considère qu’il ne l’a pas été assez pour le dispositif "Plus de maîtres·ses que de classes" et c’est pourquoi, de son point de vue, ce dispositif n’était pas satisfaisant.
Le protocole de mise en œuvre d’accompagnement des équipes, transmis par le ministère de l’Education Nationale, a débuté dès septembre. Il sagirait de mettre en oeuvre les mesures PPCR en permettant au corps des inspectrices et inspecteurs d’avoir plus de temps pour apporter aide et expertise.
L’objectif serait d’aider l’enseignant·e à avoir un regard critique et analytique sur sa pratique.
Néanmoins, l’IEN-A explique que les IEN (qui apportenraient aide et expertise !) pourront être amené·es à faire comprendre aux collègues qu’il y a des méthodes de lecture qui ne sont pas assez efficaces...et qu’in fine un.e enseignant.e qui ne se montrerait pas assez efficace pourrait être amené.e à changer de niveau de classe.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU

- il n’est pas question que soit remise en cause la liberté pédagogique !
- il n’est pas normal que cette prescription départementale n’ai pas été annoncée dès le début de l’année à la profession.
- si l’intervention des IEN pour de l’aide et de l’expertise est souhaitable et attendue, elle n’existe que très peu à l’heure actuelle et elle pourra comme actuellement sanctionner les collègues qui ne conviendraient pas à leur hiérarchie.

4- Participation aux réunions d’informations syndicales

Dans deux circonscriptions, des IEN tentent de restreindre les droits syndicaux :
- dans une circonscription en interdisant de supprimer une animation pédagogique en amont d’une réunion syndicale.
- dans une autre en demandant de prévenir la circonscription et l’intervenant une semaine avant l’animation de notre absence. Si nous trouvons qu’il est normale de prévenir de notre absence, aucun texte texte ne nous y contraint.
Ces restrictions ne sont pas acceptables.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- Nous devons utiliser nos droits pour qu’ils ne soient pas restreints et les faire appliquer.
- Contacter nous à chaque fois qu’un IEN tente de les limiter !

5- Postes vacants en RASED

Il manque 10 maitres·ses E sur le département mais seulement 4 collègues non formé.es ont été nommé.es pour palier au manque. Elles et ils n’ont malgré tout pas le rôle de maître·se E mais viennent en renfort sur le réseau.
L’IA dit qu’il a fait ce choix pour les zones non attractives mais qu’il ne le fera pas pour les autres (Nantes par exemple).
Il manque aussi 4 maitres·ses G pour lesquels les postes resteront vides cette année.
Concernant les postes de psychologues 2 contractuel·les ont été nommé·es.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- pour les postes de maitres·se E : l’IA devrait accepter que des collègues qui souhaitent essayer ce type de poste puissent l’obtenir pour un an tout en conservant leur affectation afin d’augmenter le nombre de demandes de départ en formation.

6- Recrutements de personnel·les contractuel·les

Elles et ils seraient maintenant 32.
Qu’en est-il de la formation des ces personnels ?
Elles et ils ont peuvent participer à 5 jours de formation pour l’année. Ceux ci leur sont proposés sur leur temps libre (début de semaine) et se font sur la base du volontariat.
Elles et ils étaient 30 à la première journée et 17 à la deuxième. Les suivantes auront lieu en janvier et lors des mois suivants.
Les contractuel·es sont suivi.es par un·e PEMF et peuvent se rendre dans sa classe sur leur temps libre(!).
Il n’y a pas de démission pour l’instant.

Ce qu’en pense le SNUipp-FSU :

- Nous restons opposé·es à l’embauche de contractuel.les. D’autant plus, lorsque le département est le plus attractif de France !!!! cf permutations 2018.
- Il n’est pas acceptable que le temps de formation se fasse sur du temps personnel et soit non rémunéré !

7- Élèves en Situation de handicap

Temps de traitement des dossiers MDPH : pour l’IA, il y a eu des progrès de la part de la MDPH.
Une simplification des dossiers administratifs devrait aussi peut-être voir le jour.
Question du SNUipp-FSU : Combien d’enfants sont sans accompagnant·e ? Il n’y en a pas pour l’IA. Le recrutement démarre dès réception du dossier MDPH et le temps de latence sans AESH n’est donc que de 15 jours à 1 mois (contrôle préfecture, contrat,..) Par contre l’administration a des difficultés pour recruter car il n’y a pas assez de candidat.e.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- ce n’est pas étonnant au vu du salaire et du type de contrat.
- nous revendiquons des emplois statutaires une rémunération dans les grilles de la fonction publique et une formation des personnel·es de qualité.

8- Contingent Classe Exeptionelle.

Le SNUipp-FSU a demandé que des collègues soit repêché.es pour remplacer ceux et celles choisi.es pour la classe exceptionnelle - mais qui ont décidé de ne pas repousser leur départ à la retraite et donc de ne pas bénéficier de leur promotion.
Pour l’IA, cela est de la compétence du Ministère et celui-ci a refusé - arguant qu’il ne fonctionne pas sur le modèle de la hors-classe.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- Nous sommes opposé·es à ce grade attribué à une minorité de collègues. Mais maintenant qu’il est en place, le SNUipp-FSU cherche à s’assurer que les règles édictées sont respectées.

9- CHSCT

Le SNUipp-FSU exprime une grande inquiétude quant au départ du Secrétaire Général et des deux IA adjoints car cette situation entraîne un retard dans la tenue des CHSCT.
Il espère que la tenu du CHSCT départemental ne se fera trop tardivement car il y a des situations explosives dans certaines écoles.
De plus, la réponse des IEN aux fiches RSST est extrêmement variable d’une circonscription à une autre. Dans certaines circonscriptions, le registre n’est toujours pas présenté en réunion de direction de rentrée ; dans d’autres, des IEN ne répondent pas aux fiches.
Nous avons également eu le cas d’une IEN qui a reproché aux collègues d’avoir saisi le CHSCT -en argant qu’elle connait la situation - alors qu’il y a bien situation de risque importante.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :
- Si en règle général les IEN réagissent vite lors de possibles dangers pour les élèves, tous et toutes ne sont pas aussi promptes à agir lorsque ce sont les collègues qui sont en situation de risque. Le SNUipp-FSU rappelle que l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des salariés. Il est donc tenu de supprimer les risques mais aussi de les prévenir.

L’IA dit qu’un CHSCT se tiendra quand le nouvel IA-adjoint sera là. Une date de première instance devrait être proposée après les prochaine vacances.
Le SNUipp-FSU demande comment l’employeur compte répondre aux situations explosives d’ici là.
L’IA répond qu’en attendant, nous pouvons faire remonter à l’IEN-A le nom des écoles concernées. Un point de situation sur les élèves compliqué·es (avec éventuelle suspension de scolarité) sera fait avec une analyse croisée DIVEL ASH AS.
Le SNUipp-FSU44 a fait suivre dès le lendemain le nom de certaines écoles.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- Si des dossiers et demandes progressent plus rapidement, le SNUipp-FSU 44 déplore le nombre important d’élèves qui n’ont toujours pas d’accompagnant.e ou qui devraient bénéficier de place dans des structures spécialisées et qui sont en école ordinaire faute de place ! Cette situation est inacceptable pour les enfants et leurs familles et peut rendre la gestion de classe difficile.
- Tous "les élèves hautement perturbateurs" ne relèvent pas du champ du handicap, mais peuvent être aussi liées à des problématiques éducatives. Les cas remontés sont de plus en plus nombreux, c’est pourquoi le CHSCT départemental a choisi ce sujet comme thématique de travail durant l’année. Le SNUipp-FSU sera pleinement investi sur ce sujet et fera le maximum pour que les collègues soient vraiment aidé.es par l’employeur.

Concernant le déménagement des services administratifs de le Jonelière pour lequel les membres du CHSCT avaient fait une visite l’an passé, l’ IA nous répond que c’est lui qui a pris une décision après étude de plusieurs propositions faite par le Secrétaire Général avant son départ.

Ce qu’en pense le SNUIPP-FSU :

- Les préconisations du CHSCT étaient de faire en sorte que les agent·es soient consulté·es et puissent être en accord avec la nouvelle organisation des locaux, nous constatons que ce n’est pas le cas et que des agent·es ont été mis à mal professionnellement.

Information : le nouveau SG, Emmanuel ROUETTE, prendra son poste le 15 novembre.


Navigation

Articles de la rubrique

  • AUDIENCE DU SNUIPP-FSU 44 AVEC L’INSPECTEUR D’ACADÉMIE

Annonces

Accès CHSCT-D 44


ELECTIONS PROFESSIONNELLES


Facebook & Twitter



MOUVEMENT 2018


SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko