L’ÉGALITÉ CA S’APPREND !

Compte rendu du stage FSU du 12 juin 2018
lundi 18 juin 2018
par  SNUipp 44
popularité : 1%

Au delà des constats d’inégalité entre les femmes et les hommes dans notre société, les recherches sociologiques montrent que l’École entretient et perpétue ces inégalités. C’est dans ce contexte que depuis de nombreuses années la FSU, défenseuse de la transformation sociale, s’est dotée de mandats pour que les individus accèdent à une citoyenneté libre et éclairée en valorisant la diversité sociale et culturelle des élèves et en rompant avec les déterminismes.


  • 1ere partie : Cécile Ropiteaux, secrétaire nationale du SNUipp-FSU, au secteur droits et libertés, membre du secteur droits et libertés de la FSU, a montré à quel point les stéréotypes et les préjugés profondément ancrés dans la société et dans chacun·e, nous empêchent d’avancer et ce malgré la volonté de bien faire de la plupart d’entre nous.
Les stéréotypes => les préjugés => discriminations => inégalités

Les stétéréotypes de sexe sont partout : véhiculés par les médias, la culture, l’école, la société dans son ensemble (magasins de jouets, rayons homme/femme dans les bibliothèques…),enfermant les uns et les unes dans des schémas mentaux difficiles à déconstruire

Afin de ne pas véhiculer les stéréotypes de genre, l’École est-elle prête à voir des enfants plutôt que des filles et des garçons ?
Pour cela nous devons interroger nos pratiques : en maternelle, le comptage quotidien des filles et des garçons est-il pertinent ? Les phrases que l’on dit aux élèves « les garçons rangez les tables, les filles rangez les chaises etc. »
Ce constat est l’aboutissement de travaux de recherche qui montre que même quand ils et elles sont persuadées d’être égalitaires, les enseignant·es donnent plus la parole aux garçons à l’école.
Dans le secondaire cela se retrouve notamment dans les matières scientifiques : parole donnée aux 2/3 aux garçons et 1/3 aux filles (et aux garçons plus pour la construction des connaissances, alors que les filles ce sera plus pour la restitution).

Les attaques contre l’École publique et les programmes d’éducation à l’égalité ont été fortes ces dernières années. En 2013, hasard du calendrier, en pleine période de mobilisation de la “manif pour tous” contre le projet d’autorisation pour le mariage entre personnes de même sexe, le SNUipp-FSU publie un hors série “Éduquer contre l’homophobie”. En septembre 2014, la Ministre de l’Éducation Nationale Najat Vallaud-Belkacem lance une expérimentation dans 600 écoles en France d’éducation à la sexualité appelée “les ABCD de l’égalité”. A plusieurs reprises les SNUipp-FSU et les personnes qui portent ces projets sont gravement menacées. Le ministère fait marche arrière et abandonnera l’année suivante l’expérimentation.


Ne baissons pas les bras, mettons en œuvre les 3 heures annuelles prévues dans les programmes

pour que l’école allège le poids des déterminismes afin de favoriser l’émancipation de tou.tes

et contribue à inventer une culture de l’égalité : égalité en droits,

mais aussi égalité subjective afin que chacun.e se sente l’égal de l’autre.



  • 2e partie : Élise Devieilhe, docteure en sociologie à l’Université de Caen et co-fondatrice de l’association Épicène, nous a présenté son travail sur la représentation du genre et des sexualités dans les méthodes d’éducation à la sexualité élaborées en France et en Suède.

Élise Devieihle s’appuie principalement sur le livre "Le livre le plus important du monde - Corps, sentiments et sexualité -" Manuel d’éducation à la vie sexuelle et affective, destiné aux pre-ados (9-13 ans environ) Auteure : Nathalie Simonsson - RFSU (Association suédoise pour l’éducation sexuelle) - éditions Ordfront, Stockholm, 2012. Livre non publié en France.
Son travail met en avant le rôle et l’importance des pédagogies inclusive1 et /ou critique des normes dans l’éducation à la sexualité en Suède en opposition avec ce qui est le plus souvent fait en France : la pédagogie de la tolérance.
Elle explique qu’en France, la tolérance est une perversion et instaure un rapport de supériorité entre le tolérant et le toléré.
Ne tolère-t-on pas quelque chose qu’on préfèrerait ne pas voir ?
En Suède on montre aux élèves comment se construisent les normes (cf vidéo : Youtube « C’est quoi le genre ? » du centre Hubertine Auclert). Le livre le plus important du monde assume son abord égalitaire.
L’inclusion et la critique des normes s’opposent à l’exclusion et l’invisibilisation.
Dans ce livre, l’humanité est représentée sous toutes ses formes. Dans l’inclusivité se pose toujours la question de la norme : “qui est normal ?” Se poser cette question c’est critiquer la norme avec les privilèges et les inégalités qu’elle produit.

1-Pédagogie inclusive : s’assurer que ce que l’on dit ou ce que l’on montre s’adresse constamment à tout le monde. Exemple : représenter la diversité des élèves (couleur de peau, taille, corpulence, style de vêtements, féminité ou masculinité des traits chez les files et chez les garçons).
2-Pédagogie critique des normes : remettre en question la bi-catégorisation de la société par sexe (=admettre et s’émanciper du différentialisme en présentant les similitudes (mettre en valeur ce qui est identique).

Il nous reste du chemin à parcourir pour que les enseignant·es français·es

aient accès à des formations et à de telles ressources.

la FSU44 œuvre à faire avancer l’Égalité.


DES DOCUMENTS A CONSULTER ET TÉLÉCHARGER

L’ÉGALITÉ CA S’APPREND

ÉDUQUER CONTRE L’HOMOPHOBIE : une brochure 24p et un document téléchargeable comprenant notamment des ressources pédagogiques (séquences en classe, bibliographies de littérature jeunesse, fiches EPS de Claire Pontais pour le primaire...)
Téléchargeable (264 p)
Brochure (24 p)

4 pages SNUipp sur l’égalité professionnelle (mars 2017)

Tu peux - Elise Gravel

https://mamanrodarde.com/2017/09/12/pour-que-les-petites-filles-puissent-etre-et-aimer-ce-quelles-veulent-sans-quon-les-emmerde-partie-1/

Blog mamanrodarde → accordéons anti-sexistes

Article de Nicole Mosconi :

Manuel d’histoire de Mnémosyne

Guide HCE pour une communication sans stéréotypes :


Rappel des mandats FSU :

Lors de son dernier congrès au Mans la FSU a réaffirmé à travers ses mandats l’importance de la promotion d’une éducation anti-sexiste à destination des jeunes, le besoin d’une formation systématique de tou-tes les agent-es de la FP, en particulier des enseignant-es, sur les problématiques d’égalité femmes-hommes,la nécessité de sanctionner de façon systématique les entreprises qui ne respectent pas l’égalité professionnelle, et demande toujours l’arrêt du recours aux temps partiels imposés car il pénalise principalement les femmes. De même, la FSU entend participer à la lutte contre le harcèlement sexuel, défendre l’accès une retraite décente pour toutes et tous (rétablissement des bonifications pour enfant notamment), et demande l’application de la loi contre les violences faites aux femmes de Juillet 2010 et son renforcement par l’adoption d’une loi cadre sur les violences faites aux femmes, ainsi que l’accès garanti de tous et de toutes à une contraception remboursée intégralement, avec prise en charge immédiate des consultations et ordonnances par la sécurité sociale, remboursement de l’IVG à 100 %.


Annonces

Accès CHSCT-D 44


DOSSIER HORS CLASSE


E-MOUVEMENT 2018


Facebook & Twitter



SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko