14 JUIN 2016 TOUTES ET TOUS A PARIS

lundi 30 mai 2016
par  SNUipp 44
popularité : 3%

Au moment où le gouvernement s’entête en refusant d’ouvrir de réelles négociations sur le travail, les droits des salarié-es et en maintenant coûte que coûte la loi El Khomri, l’intersyndicale nationale appelle l’ensemble des salarié-es à monter à Paris le 14 juin.

Contrairement aux déclarations de Valls et ses affidés : la direction de la CFDT, patronat , médias complaisants, la mobilisation ne faiblit pas : blocages, distribution de tracts, AG, manifestations et grève le 26 mai, … La loi El Khomri, cadeau gouvernemental au MEDEF et à la CGPME, est refusée par près de 65 % de la population. Des syndicats allemands, belges, italiens soutiennent explicitement le mouvement social actuel. En Belgique, des journées de grève se succèdent pour refuser un projet similaire à la loi El Khomri. C’est partout la même logique sociale qui est dénoncée : mise en place d’un dumping social, mise en concurrence des salarié-es, renforcement des bas salaires et de la précarité.

Les faits sont contre le gouvernement : plus d’un million de personnes ont signé une pétition refusant ce projet de société. L’intersyndicale va organiser une votation citoyenne sur les lieux de travail pour permettre aux salarié-es de s’exprimer sur la loi.

La mobilisation commencée le 9 mars a permis d’obtenir de premiers gains : retrait du plafonnement des indemnités prud’homales, non augmentation du temps de travail des apprenti-es, mesures significatives pour la jeunesse, maintien des heures supplémentaires pour les routiers. Ces gains ne suffisent pas, le texte en l’état est toujours inacceptable et doit être retiré. C’est le gouvernement qui porte la responsabilité de l’issue de ce conflit social car c’est lui qui peut ouvrir de nouvelles négociations. Il conserve dans sa loi des régressions sans précédent : référendum d’entreprise, inversion des normes ( une décision d’entreprise prime sur celle de la branche) donc possibilité faite aux entreprises d’augmenter le temps de travail au-delà des 35 heures, facilitation des licenciements ...

Nous, fonctionnaires d’État ou précaires de l’Éducation nationale, sommes concerné-es par cette loi qui remet en cause le principe même des 35 heures. À court terme, notre statut est menacé car toutes les régressions subies par les salarié-es du privé ont impacté nos droits. Toutes les attaques sur les retraites le prouvent.

Nous valons mieux que ces politiques libérales, destructrices d’emplois et de droits, dont l’objectif premier est l’enrichissement d’une minorité sur le dos de la majorité.

Un seul objectif, monter massivement à Paris pour faire renoncer ce gouvernement à ces régressions.

Nous avons besoin de connaître rapidement le nombre de personnes afin d’organiser le transport. Pour celles et ceux qui le souhaitent, grévistes ou non, un soutien financier peut être fait au SNUipp-FSU44.

La FSU 44 finance le déplacement entièrement en car.

JE MONTE A PARIS SEUL-E AVEC LA FSU : OUI - NON

JE MONTE A PARIS AVEC DES AMI-ES, par nos propres moyens : COMBIEN ?

J’envoie un mail à snu44@snuipp.fr avec mon nom et mon prénom pour m’inscrire.


Annonces

Accès CHSCT-D 44


ELECTIONS PROFESSIONNELLES


Facebook & Twitter



MOUVEMENT 2018


SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko