BUDGET 2016 : premiers décryptages

L’austérité encore et encore.
dimanche 11 octobre 2015
par  SNUipp 44
popularité : 3%

Dans le cadre de sa politique d’austérité, le gouvernement poursuit la réduction du déficit budgétaire dans le projet de budget 2016 :
50 milliards d’euros de coupes prévues de 2015 à 2017, dont 16 milliards pour 2016.

L’État et ses agences contribueraient à hauteur de 5,1 milliards d’euros, la Sécurité sociale à hauteur de 7,4 milliards d’euros (dont 3,4 pour l’assurance maladie) et les collectivités territoriales verraient leurs dotations réduites de 3,5 milliards d’euros dont 2 milliards pour les communes et les inter-communalités.

En regard, les cadeaux fiscaux aux entreprises se montent à 33 milliards et devraient atteindre 41 milliards d’ici 2017.
Ces choix poursuivront leurs effets dévastateurs sur l’emploi, les investissements, la Fonction publique et les services publics et dégraderont encore la qualité des services rendus aux usagers, tout en renforçant les inégalités sociales et territoriales.
Au sein de la Fonction publique, le gel du point d’indice se poursuit, l’enveloppe pour les mesures catégorielles est toujours très réduite.

Si pour la première fois depuis le début du quinquennat, le solde des emplois devient positif, c’est dû à la révision de la loi de programmation militaire qui crée 2 300 emplois au lieu des 7 500 suppressions initialement prévues.

Depuis 2013, malgré des créations d’emplois dans les secteurs dits prioritaires (46 500 dans l’éducation nationale, la justice et l’intérieur), les suppressions d’emplois se poursuivent dans les autres ministères, hors ministère de la défense (22 615 suppressions), elles se chiffrent à plus de 20 000 emplois.

L’État envisage d’économiser 0,9 milliard d’euros sur la masse salariale au détriment de ses fonctionnaires :

600 millions suite à la poursuite du gel du point dans la seule Fonction publique d’Etat
500 millions pour la territoriale
400 millions pour l’hospitalière
300 millions sur les enveloppes catégorielles.

Les emplois : l’objectif des 14 000 enseignants supplémentaires fragilisé.

13 011 emplois de stagiaires sont prévus, soit 1000 de plus que l’an passé. Sur le terrain, cela dégagera 500 moyens d’enseignement.

Les 8600 départs d’enseignants titulaires (retraite, etc.) seront compensés par les 12 011 stagiaires de l’an passé. Le solde d’emplois sera donc de 3411 auquel il convient d’ajouter les 500 apporté par les 1000 lauréats supplémentaires au concours, soit 3911 postes supplémentaires pour le 1er degré l’année prochaine.

Au total à la rentrée 2016, il y aura un peu plus de 6000 postes créés sur les 14 000 prévus. Il reste un seul exercice budgétaire pour créer 7978 postes et tenir les engagements.

Le ministère dit que ces moyens seront consacrés à l’augmentation des effectifs d’élèves, aux décharges de directions, à la formation continue, au plan d’éducation prioritaire. Cela fait beaucoup d’objectifs pour peu de moyens.

Rémunérations

Augmentation de 14 millions d’euros. Une petite partie est déjà affectée (principalement Mayotte et ratio à la hors classe de 4,5 %. Il reste 58 millions. Par exemple, ce montant ne financerait qu’une augmentation de moins de 200 euros de l’ISAE

Poursuite du gel du point d’indice.

Dépenses de fonctionnement

Les crédits pédagogiques continuent de baisser (ils ont été divisés par 18 depuis 2007 !)

La formation continue augmente de 600 000 €.

L’enveloppe des frais de déplacement reste la même qu’en 2015 alors qu’elle ne couvrait pas les besoins et que les enseignant sont plus nombreux.

AESH et CUI

26 341 élèves en 2006 avaient un besoin "d’aide humaine". En 2015, ils étaient 120 667.

L’an passé, ils étaient 15 557 élèves de plus mais seulement 350 postes d’AESH seront créés et à nouveau le recours au CUI sera augmenté de 10 000.

Plus de commentaires dans le document ci-dessous.

PDF - 481.7 ko
BUDGET 2016

Annonces

Accès CHSCT-D 44


ESPACE ECOLE CARTE SCOLAIRE


Facebook & Twitter



SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko