FINANCEMENT DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE : toujours aux frais des contribuables ligériens

dimanche 14 juin 2015
par  SNUipp 44
popularité : 13%

Déclaration FSU au Conseil de l’Education Nationale qui traite des subventions des collectivités territoriales pour l’enseignement catholique.

Déclaration FSU lors du C.E.N du 3 juin 2015

[...]

La FSU souhaite revenir sur les subventions allouées par l’ensemble des collectivités territoriales après demandes faites auprès de chacune d’elles.
Le conseil régional reste le plus « généreux ». La somme globale s’élève à 5 083 825 € (+ 235 336 €) pour 25 699 élèves (+718) et 54 établissements (moins 1) soit un ratio par élève de 198 €, supérieur à l’année précédente avec pourtant un établissement en moins.

Vient ensuite, le conseil général de la Sarthe qui avec moins d’élèves (-84) et moins d’établissements (18 à la place des 20 de l’année précédente) augmente de manière importante sa subvention en la portant à 880 251 € soit 137 € par élève (à la place de 122.5 € pour 2014)

Le conseil général de Vendée a porté sa subvention à 2 428 000 € (subvention sensiblement identique) pour une augmentation global des effectifs et pour un nombre identique d’établissements (31) ce qui conduit à un financement par élève de 134 € à la place des 137 € pour l’année 2014.
Si ces 3 collectivités ont financé le maximum prévu par la loi (10%), il n’en est rien pour le conseil général du Maine et Loire qui a diminué de manière très importante ses subventions en les portant à 799 994 € (à la place de 1 999 946 € pour 2014) et plus 127 élèves ce qui correspond à 3 % à la place des 7 % l’année précédente. La moyenne par élève s’élève à 40.66 € à la place de 103 € l’année précédente)
Reste le retour de la Mayenne qui après 3 années d’abstinence subventionne à nouveau 6 établissements portant la moyenne par élève à 47.8 €.

Il n’en demeure pas moins que nombreuses sont les interrogations.
Quelques exemples, cependant : Si le CG 49 ne finance les collèges de son département qu’à hauteur de 3%, le Conseil Régional a augmenté sensiblement la subvention en direction de nombreux lycées de ce département alors que les effectifs n’ont que très peu bougé ou même diminué.

LGT Mongazon ANGERS : -2 élèves et 3260 € en plus
LGT ND de Bonnes nouvelles BEAUPREAU : - 3 élèves et 1595 € en plus
LGT Champ blanc Le LONGERON : +1 et 1462 € en plus

Et cette politique du conseil régional se retrouve également dans d’autres départements.
LGT Immaculée LAVAL : -24 élèves et 3517 € en plus
LGT S Ursule LUCON 85 : -11 élèves et 4127 € en plus
LG l’Espérance ST CECILE 85 : + 1 élève (48 élèves en tout) et 2542 € en plus

D’autres exemples également en Vendée
CLG de FONTENAY : + 2 élèves et 4851 € en plus
CLG île d’YEU : -19 élèves et 2981 € en plus
CLG Les BROUZILS : + 2 élèves et 2369 € en plus

Cependant la politique la plus volontariste est bien celle du conseil général 72, les quelques exemples ci-dessous en témoignent.
CLG Notre Dame La FLECHE : + 4 élèves et 8660 € en plus
CLG des Muriers LE MANS : + 2 élèves et 13761 € en plus
CLG Maupertuis LE MANS : - 5 élèves et 2630 € en plus
CLG St Julien LE MANS : = et 13600 € en plus
CLG St Michel LOUE : - 5 élèves et 6402 € en plus
CLG de PRUILLE le CHETIF : + 3 élèves et 8125 € en plus

En guise de conclusion
Pour lever tout malentendu, nous nous sentons solidaires de la politique menée par le CG 44 et par voie de conséquence, nous regrettons le financement maximum prévu par la loi du conseil régional et des conseils généraux de la Sarthe et de la Vendée.


Annonces

CONSULTER LE KISAITOU Le memento administratif du SNUipp-FSU


E-PERMUTATIONS


Facebook


Nouvel article N° 3919


PERMANENCES QUOTIDIENNES


SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF