LA SITUATION DES PES DÉJÀ TITULAIRES D’UN MASTER PAS TOUT À FAIT CLARIFIÉE

Le ministère répond au SNUipp-FSU sur la situation des professeurs des écoles stagiaires déjà titulaires d’un master.
vendredi 26 septembre 2014
par  SNUipp 44
popularité : 6%

En réponse à une demande du SNUipp-FSU de clarification sur la situation des professeurs des écoles stagiaires déjà détenteurs d’un master 2 et qui se voyaient imposer de nouvelles exigences de certification, le ministère confirme que ceux-ci « n’ont pas besoin d’obtenir un autre master pour être titularisés. » Il précise également que « ces stagiaires déjà titulaires d’un master n’ont pas à accomplir toutes les formations du master des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF). »

Cette clarification constitue une première réponse aux préoccupations des PE stagiaires. Elle ne règle pas pour autant les nombreuses autres difficultés auxquelles ils sont aujourd’hui confrontés : lourdeur de la responsabilité de classe, parcours de formation inadaptés notamment, sujets sur lesquels le SNUipp-FSU continuera d’intervenir.

Alors il faut mobiliser les stagiaires pour revendiquer le fait qu’aucune autre validation ne mette en danger leur titularisation.
Le discours tenu par le ministère pour justifier l’imposition de nouvelles validations d’UE s’appuie sur deux idées :
- il faut vérifier le niveau des stagiaires
- il faut éviter qu’ils aillent en formation en dilettante

On pourra répondre :
- que les titulaires d’un M2 MEEF ont déjà démontré leur niveau dans les UE que l’on leur demande de repasser
- que la vérité de la capacité d’un stagiaire à être enseignant se vérifie de toute manière sur le terrain, et il a des suivis de prévus par l’espe, et par l’employeur
- que l’implication des stagiaires dans une formation est directement liée à l’interêt qu’ils en ont. La nécessité d’une formation est là : ils ont à faire classe. La formation répondra-t-elle à ce besoin ? Cela implique, plutôt qu’un flicage, une formation de qualité adaptée, ce qui est de la responsabilité de l’espe, pas du stagiaire
- s’il peut arriver qu’un stagiaire n’aborde pas sérieusement sa formation, cela reste un épiphénomène. On ne peut imposer à 99% des stagiaires des exigences de contrôle qui ne vaudrait que pour 1%.

Mobiliser donc est une nécessité.


Annonces

Accès CHSCT-D 44


ELECTIONS PROFESSIONNELLES


Facebook & Twitter



MOUVEMENT 2018


SE SYNDIQUER EN LIGNE

GIF - 26.6 ko